« novembre 2017 »
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
 
Centre Medem (Arbeter-Ring)
Centre Medem (Arbeter-Ring)



Accueil du site > _ > Archives > Archives jusqu’au 31 décembre 2014 > Archives 2008 > Avant première :"Victimes contre bourreaux"

Avant première :"Victimes contre bourreaux"

mercredi 9 janvier 2008


Avant première :

en présence de membres de l’équipe de réalisation et de Katy Hazan historienne

Dans la collection documentaire "La Résistance"

JPG - 36.9 ko

produite par Les Films de la Croisade et Yami 2, en coproduction avec France 2 et France 5.

"Victimes contre bourreaux"

Documentaire de 52’, France 5 - un film de Christophe Nick et Patricia Bodet.

Les communautés juives vivant en France ne se sont pas laissé faire, contrairement à ce que beaucoup croient. Si les trois quarts des juifs ont échappé à la déportation, c’est d’abord parce qu’ils ont résisté. Dès l’arrivée des nazis à Paris, le 14 juin 1940, une coordination secrète d’oeuvres caritatives juives se met en place sous le nom de comité Amelot.

Au début, ses animateurs souhaitent tout simplement venir en aide aux populations persécutées. Ils vont très vite affronter les SS, les rafles, la ségrégation et la spoliation. Leur attitude, "le refus d’obéissance", va petit à petit gagner une grande partie des organisations juives de France.

Des manifestations devant les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, à la coordination avec les déportés de Drancy, de la fabrique de faux-papiers à la création des filières de camouflage et de réseaux de sauvetage, c’est l’improvisation dans l’urgence de la résistance des victimes à leurs bourreaux.

Les historiens décrivent les mécanismes de la solution finale en France et comment les organisations juives y ont fait face, le passage à des formes de lutte de plus en plus radicales, clandestines et illégales. L’impact des rafles de l’été 1942 sur la société civile française modifie en profondeur l’attitude de l’ensemble du corps social. Les organisations juives peuvent désormais utiliser le tissu social de la France profonde pour sauver les juifs.

Archives 2008


Informations Légales | Plan du site | Espace privé | Dernière mise à jour le : 17 décembre 2017