« novembre 2017 »
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
 
Centre Medem (Arbeter-Ring)
Centre Medem (Arbeter-Ring)



Bénazir Butto

samedi 29 décembre 2007


Editorial Le Monde daté du 27/12/2007

Editorial du journal Le Monde daté du 27/12/2007. Page 2.

 

Benazir Bhutto a été assassinée. Elle avait accepté son destin. Perçue comme une menace par le pouvoir, comme une ennemie par les islamistes pakistanais et Al-Qaida, comme une alliée de l'Amérique, « la Sultane » savait, en revenant le 18 octobre de huit ans d'exil, qu'elle risquait sa vie. « J 'ai mis ma vie en danger et je suis rentrée parce que je sens que ce pays lui-même est en danger », a-t-elle dit à ses partisans, jeudi 27 décembre, lors d'un meeting électoral à Rawalpindi, juste avant de mourir.

 

Le soir de son retour au pays, déjà, un attentat avait failli lui coûter la vie, cette fois à Karachi. Benazir Bhutto pouvait paraître immortelle, mais elle était fata­liste, et savait qu'elle était une cible pour les déstabilisa­teurs du Pakistan. Son assassinat a eu lieu à deux semai­nes d'élections législatives à l'issue incertaine, qui pou­vaient autant faire basculer le pays dans la violence que sceller un nouveau pacte politique et faire d'elle un pre­mier ministre pour la troisième fois de sa vie. Il illustre cette réalité : le Pakistan est une ligne de front.

 

Le « Pays des purs », détenteur de l'arme atomique et nid d'Al-Qaida, en conflit avec l'Inde au Cachemire et jouant un jeu trouble dans les guerres d'Afghanis­tan, est en première ligne. Le président Pervez Musharraf, fragilisé par la talibanisation du pays, discrédité au sein de la société pour son refus de rétablir la démocra­tie, est lui-même un homme en danger. Les démocra­tes souhaitent son départ et les djihadistes veulent sa mort. L'armée et les puissants services de renseigne­ments, qui paient parfois un lourd tribut à la lutte contre l'islamisme armé, sont paradoxalement eux­mêmes minés par l'idéologie des talibans - mouvement qu'ils ont créé dans les années 1990 pour mener une guerre en Afghanistan - et par celle d'Al-Qaida.

 

« Ce pays lui-même est en danger », affirmait Benazir Bhutto juste avant d'être mortellement frappée. En état de guerre dans certaines provinces, instable, divi­sé, le Pakistan est aussi un danger pour la région, voire pour le monde. Sans pouvoir légitime, sans retour à la démocratie, sans une politique économique viable, sans une lutte politique et militaire efficace contre les djihadistes, sans une stratégie diplomatique claire en Afghanistan, le Pakistan est une menace qui va en s'ac­centuant au fil des ans.

 

La communauté internationale, notamment Wash­ington, premier allié d'Islamabad, apparaît désarmée. Elle soutient Pervez Musharraf tout en s'en méfiant, elle craint la progression islamiste sans pouvoir l'arrê­ter, elle s'enlise dans la guerre afghane contre des talibans dont les sanctuaires sont au Pakistan. Aujour­d'hui, il y a une urgence : définir une stratégie. L'as­sassinat de Benazir Bhutto doit servir de signal d'alar­me.


Informations Légales | Plan du site | Espace privé | Dernière mise à jour le : 17 décembre 2017