« octobre 2017 »
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
 
Centre Medem (Arbeter-Ring)
Centre Medem (Arbeter-Ring)



Accueil du site > _ > Archives > Archives jusqu’au 31 décembre 2014 > Archives 2009 > CONFÉRENCE-DÉBAT : La Banalité du bien

CONFÉRENCE-DÉBAT : La Banalité du bien

jeudi 25 juin 2009


Guy Konopnicki

Détournant avec ironie et provocation l’expression de « banalité du mal » utilisée par Hannah Arendt, cet essai incisif et percutant oppose l’espace « banal », celui du bien commun, aux particularismes, pressés d’en finir avec la laïcité républicaine.

Cet essai est un "coup de gueule " –dont Guy KONOPNICKI est coutumier– contre la liquidation de la laïcité, le communautarisme et l’obscurantisme. Il y démontre les dangers que représente, pour notre République, cette volonté de valoriser à tout prix la « diversité » et les différences (de sexe, de religion, de couleur de peau, etc.), au détriment de l’appartenance  « commune » des citoyens à la République.

La chose publique (Res publica) est d’abord cet espace « banal » celui des biens appartenant à tous. Fustigeant toutes formes de discrimination -y compris positive- l’auteur propose de revenir à la " banalité " de la citoyenneté :

« Je veux être un citoyen banal, que seul le mérite peut distinguer. »

Il refuse les « signes distinctifs » que l’on cherche à nouveau à nous faire porter et qui stigmatisent toutes les catégories de français. Si la France de Voltaire est celle de l’irrespect, nous n’avons que faire de ce " respect " exigé par les différentes minorités religieuses, qui elles-mêmes ont vécu librement dans une République qui obligeait à retenir, ce qui était commun. Présentation Jacques DUGOWSON

Archives 2009


Informations Légales | Plan du site | Espace privé | Dernière mise à jour le : 10 décembre 2017